pain

La crise économique n’en finit pas de développer chez nos compatriotes un certain sens de la créativité, voir de la débrouillardise. Je suis de ceux qui pensent que les graves difficultés que nous sommes en train de vivre génèrent aussi de belles opportunités de changement dans nos comportements. Nous arrivons maintenant au cœur même de cette évolution.

Un industriel nîmois, qui anime 20 dépôts de pain, a décidé d’ouvrir une boulangerie uniquement destinée à vendre le pain rassis de la veille. Plutôt que de jeter ses invendus, il préfère les recycler. Moyennant une baisse de 50% sur tous les articles, on peut acheter baguettes et pâtisseries datant de la veille. Il a baptisé sa boulangerie «  Au pain de la veille ». La baguette est à 40 cts.