horloge

L’horloge tourne, le temps passe,
Le temps presse
Pourvu que l’on me laisse
Encore des jours, encore de l’espace.

Je n’ai pas besoin de souvenirs
Je suis quelqu’un en devenir.
Même si les années ont défilé
J’ai toujours de l’appétit pour m’émerveiller.

J’aime la vie et je la croque comme une pomme
Que ce soit en été ou en automne.
Que les nuages chagrinent le temps,
Je croque la vie à pleines dents.

Le passé s’envole comme des grains de poussières
Seul m’intéresse l’intensité du présent
Cet instant magique et unique du vent
Qui froisse les arbres et caresse la terre.

L’horloge immobile frappe les heures
Pendant que les émotions continuent
A toucher et faire vibrer mon cœur
A chaque coin de rue.

Je suis un être vivant, une âme qui frissonne
Je suis tout, je suis rien,
Je suis moi, je suis personne.
Un atome et surtout pas un saint.

 

Daniel