roseau

 

Nous avons tous des rigidités, ce petit déclic qui, soit nous bloque, soit nous rend plus ou moins agressif face à un événement qui ne nous convient pas.

On se raidit, on est mal à l’aise, on peut même être déplaisant. Quelque chose nous dérange, nous gène ou bien carrément nous heurte.

D’où nous vient ce petit mouvement intérieur qui peut nous conduire souvent à une attitude désagréable ?

Ce mouvement d’humeur trouve souvent son origine dans la structure mentale que nous  nous sommes construite, souvent inconsciemment, au fil du temps. En effet tout au long de nos années d’existence, nous avons acquis des mécanismes, une façon de penser toute personnelle, faite de jugements, d’à priori, de valeurs, de références, de principes éducatifs et de croyances. Ces lourds fardeaux nous amènent à avoir des comportements stéréotypés et répétitifs, particulièrement marqués lorsque des paroles, des événements ou des attitudes sont étrangères à notre mode de fonctionnement. Un grain de sable vient se glisser à l’intérieur de notre structure mentale et va immédiatement déclencher soit de l’incompréhension, soit des peurs. Ces peurs, souvent inconscientes, vont alors générer des résistances ou de l’agressivité. La boucle est bouclée. J’en suis un bel exemple, car étant par essence réactif, cela me vaut parfois quelques déboires. Mais je me soigne puisque j’en prends conscience et en parle sur mon blog.

Je terminerais en ajoutant que ces rigidités créent toujours des chocs énergétiques  qui perturbent les flux de vitalité qui s’écoulent en nous. Plus nous sommes rigides  et plus nous sommes  fragiles face à la vie. Soyons comme le roseau qui plie mais ne rompt pas.

Je vous propose ces deux phrases à méditer : ce sont nos croyances qui déterminent notre mode de vie. Elles sont à l’origine de toutes nos actions qui sont la réalisation de tout ce que nous aimons ou haïssons, rêvons, désirons et devenons.

Daniel