Elle nous a quittés un jour d'automne, seule, comme elle avait vécu. Elle nous a laissé des souvenirs et ses livres qui sont rangés dans ma bibliothèque. Le dernier est sur mon bureau. Il s'appelle "L'homme nouveau". Je le feuillette de temps en temps et je retrouve l'enseignement qu'elle nous a dispensé pendant de longues années avec enthousiasme et persévérance. Elle s'appelait Huguette et elle a été mon professeur de yoga pendant trente ans. Voici ce qu'elle écrivait le 21novembre 2013.

La vie - travailler sur soi-même

Huguette 2002

Il faut parler de ce que l'on vit et souvent ce que l'on vit est éprouvant. J'ai connu la souffrance, la solitude, la douleur matérielle, physique et morale ainsi que des moments d'angoisse lié aux tracas de la vie.

Mais je sais que de  tout cela on peut en sortir un beau matin, après avoir frôlé mille morts intérieures. On devient libre de tout et de tous. Alors une immense compassion surgit dans le coeur. On se sent prêt à se tenir debout et à accueillir la misère humaine, à lui donner son coeur, sa vie. On ne peut faire cela que lorsqu'on a souffert beaucoup soi-même.

Je plains les êtres creux et vides, ancrés profondément dans la matière et qui sourient, heureux des bonnes affaires qu'ils traitent. Je les plains. Souvent, ils portent la mort en eux. Non pas que ce soit un mal de traiter ses affaires et de gagner de l'argent mais il y a malhonnêteté dans l'exploitation du plus pauvre, du plus démuni. Le coeur humain manque souvent de générosité. Pourtant, il peut aussi être splendide et rayonnant.

 Dans ce champ de forces contradictoires que sont le mal et le bien, l'ombre et la lumière, se tenir debout droit et seul pour être un combattant dans la lumière, ayant au coeur la vie totale de l'esprit. Pour cela il n'y a qu'une formule: travailler beaucoup sur soi-même, devenir libre dans son coeur et dans son esprit, dépasser toutes les émotions et toutes les peurs, entrer dans le vrai amour.