IMG_0066_1

 

Je ressens toujours une certaine nostalgie à voir l'été s'en aller, les fleurs se faner et les jardins  effacer leurs palettes de couleurs.  L'automne arrive avec ses brumes matinales, ses feuilles qui s'envolent, ses sous bois sentant bon l'humus et sa vigne vierge qui éclate d'un rouge vif. Mais moi, en octobre, je me sens rétrécir, je me sens abandonner un peu une partie de moi même car j'apprécie la vie au grand air, tout proche de la nature. J'ai besoin d'air, de marcher pieds nus dans l'herbe, d'être au coeur de la nature.Oui je me sens rétrécir comme les jours qui défilent  et raccourcissent et les soirs qui tombent tôt. Je n'aime pas voir les arbres se dénuder et perdre leurs feuilles . Je n'aime pas remettre mes chaussettes et avoir les pieds emprisonnés dans des chaussures. J'ai envie de prendre le vent dans mes bras pour le réchauffer le plus longtemps possible.....

 

L’automne

 

Les marronniers deviennent des boules d’ambre

Voilà déjà l’automne

Dans le ciel de septembre

Les âmes  doucement frissonnent.

 

Les fleurs s’évanouissent dans le vent

Un pigeon dort perché sur le banc.

C’est le temps de la nostalgie

Le temps des heures alanguies.

 

Dans les matins brumeux

Quand le soleil se cramponne

A l’horizon laiteux

La nature lentement se chiffonne.

 

Couleurs du temps qui explosent

Dans les frondaisons des  sous bois

Les saisons sont des métamorphoses

Qui accompagnent la ronde des mois.

 

L’horloge de l’éternité

Rythme les saisons.

Les vies naissent et s’en vont

C’est la danse de l’immortalité.

Daniel( poème déjà publié en 2008)