flamme

Vous avez certainement remarqué comme moi, lorsque vous entrez dans une église, un endroit où des cierges sont en train de se consumer lentement. Les petites flammes vacillent et sont le symbole des prières, des demandes  et des vœux en tout genre qui s’adressent souvent à la Vierge Marie.

Moyennant une pièce, on fait brûler un cierge. A chaque fois que je vois cette scène, une petite émotion m’étreint et je pense à tous ceux qui sont dans la peine et s’en remettent aux mains du divin. Désespoir ? Croyance aveugle ? Confiance au hasard ?

Mais surtout, pour moi, tous ces petites flammes sont comme des âmes fragiles qui peuvent s’éteindre au moindre souffle. Elles luttent pour survivre dans la nef et éclairent vaillamment l’obscurité qui y règne. Nos âmes sont ainsi et nous ne les écoutons pas assez. Elles ont l’expérience du temps, le savoir des vies passées. Elles frissonnent dans le vent et nous murmurent ce qu’elles savent. Il nous suffirait de tendre un peu plus l’oreille pour découvrir des merveilles. Mais nous ne le faisons pas. Comme des mécréants, nous préférons inconsciemment nous confronter aux épreuves de l’existence. La sagesse n’est pas encore notre lot quotidien !!

 

 Daniel