EMI

 

 Mon enfance n'a pas été très heureuse.   Nous habitions un petit village de 252 habitants ou mon père était directeur de l'école des garçons. La directrice de l'école des filles était sa maîtresse et la marraine de ma sœur ! Ma mère supportait cela très mal et n'avait pas le droit de dire grand chose. Elle a fait plusieurs tentatives de suicide. Quand je partais au lycée le matin  au lycée, elle me répétait souvent "Dis moi au revoir, ce soir je ne serais plus là". Cela m'a marqué pour la vie.

 

 Mon père qui savait que je savais me battait souvent. Lorsque mes parents se disputaient, j'allais me réfugier chez ma tante qui habitait à 3 km. Mais un jour son mari m'a violé. J'avais 17 ans et il fallait à tout prix étouffer ce scandale. Alors on m'a éloigné de ma famille en me plaçant dans une maison de repos gérée par des vieilles dames.

 

Pour que je reste tranquille on me donnait des calmants. Je partageais une chambre avec une autre jeune fille qui se trouvait dans la même situation que moi. Elle aussi avait été violée mais par son beau père. Seulement elle, elle n'a pas pu le supporter et un jour elle s'est pendue dans la chambre.

 

Quelques années ont passé avant que je me marie. Trois enfants sont nés et au bout de 15 ans de vie commune j'ai divorcé. En 2004 je me remarie avec Gérard que je surnomme Pou, mon chère Pou ! Nous sommes heureux ensemble.

 

En 2011 comme si la vie n'avait pas assez été difficile pour moi, survient un drame affreux dans la famille. Ma fille partageait sa vie avec un compagnon libanais qui se droguait et qui a décidé un jour d'arrêter la drogue. Il n'a pas supporté et s'est pendu. C'est moi qui ait trouvé le corps et ai prévenu ma fille qui s'est effondrée à mes pieds. Depuis ce jour là elle ne va bien du tout. C'était le 4 mars 2012

 

Donc une vie difficile marquée par son lot d'épreuves jusqu'à ce fameux jour: le 16 juillet 2014

 

Ce 16 juillet 2014, je m'en souviendrais toute ma vie. Après avoir été à la foire de Landivisiau avec mon mari malgré ma peur de la foule, je  lui dis  que je souhaite me  rendre chez mon amie qui habite le bourg. Je monte dans ma voiture. Je me sens bien et suis fière d'avoir pu surmonter ma peur de la foule. Il fait chaud, j'ouvre la fenêtre de la voiture,  allume la radio et me mets en route. Au bout de quelques mètres j'arrive au carrefour, regarde à droite si je peux m'engager. J'avance lorsque soudain arrive , sur ma gauche, à vive allure, une voiture qui me percute violemment. Je me retrouve à l'opposé de ma direction pratiquement devant l'entrée de ma maison. J'ai la sensation d'être dans de la ouate. Ma vie défile comme dans un film  devant mes yeux à une vitesse effarante. Je revois tous les épisodes de ma vie jusqu'à l'âge de deux ans. Je ne suis pas dans le coma. Je ne suis pas dans un tunnel en train de monter à vive allure mais je marche sur un chemin de sable. Je vois une rivière et un indien assis qui me tend la main. Il paraît très doux et bienveillant. Il ne parle pas ou plutôt si , il me parle mais je ne comprends pas ce qu'il me dit. Cette image restée gravée au fond de moi et je suis persuadée que si j'avais saisi cette main, je ne serai pas revenue.

 

J'arrive à rentrer chez moi. Je suis à côté de mon corps. Mon mari parle , les voisins accourent et moi je ne ressens rien. Mon mari fait entrer le conducteur de la voiture. C'est un prêtre en soutane!! Il n'est pas blessé. Je marche de long en large, tiens des propos incohérents. Je me regarde vivre et marcher. Je me sens bien , très bien comme si je planais. Je reste dans cet état pendant trois jours. J'en sortirais grâce à un ami énergéticien qui réussit à ce que je réintègre mon enveloppe corporelle.

 

Cet événement a profondément modifié ma vie. Je n'ai plus peur de la mort car je sais que la vie ne finit pas lorsque l'on quitte son corps. Notre âme et notre conscience continuent à vivre, seul le corps meurt. Je considère que ce qui m'est arrivé n'est pas une épreuve mais un cadeau.

 

Je regrette parfois d'avoir choisi le retour. Je voudrais retourner au près de mon indien dans cet endroit magnifique qui regorge d'amour et de lumière, une lumière douce qui n'éblouit pas mais qui apaise.

 

J'ai beaucoup changé. Je discute avec mon mari qui m'aide et se montre ouvert. Je ne suis plus la fille de mon père et de ma mère. Je suis moi ! Je suis devenue plus patiente avec les autres. J'ai beaucoup d'amour à donner et suis devenue plus patiente

 

Lorsque l'on vit une telle expérience, le retour à la vie normale n'est pas facile. L'entourage ne comprend pas toujours. Mes fils ne me comprennent pas. Ils ne veulent pas me croire. Difficile pour eux d'imaginer ce que j'ai vécu. J'ai aussi perdu une amie parce que j'avais trop changé. Je crois que je lui faisais peur !

 

Depuis cet événement marquant, certaines choses sont apparues. J'ai acquis du magnétisme et arrive à sortir de mon corps( je ne le fais qu'encadrée) et peut ainsi contacter des personnes décédées, les voir et leurs parler. Je suis aussi capable de voir les auras. Ma vie a vraiment pris une autre dimension. Je ne serais plus la même......Je préfère maintenant.

 

Sabine