moi

 

 

Moi, moi, moi......Je, je je.....C'est moi, je m'écoute, je veux avoir raison. J'explique et j'essaie de convaincre. Moi d'abord, les autres après.....Ce n'est jamais de ma faute !!

Ah ce moi qui prend de la place, qui gonfle jusqu'à éclater et qui nous fait vivre dans l'illusion. C'est comme un territoire avec des frontières bien marquées, une sorte de pré carré qui n'apprécie guère les ingérences.

Le moi est susceptible, sélectif et centré sur lui. Pourtant on ne peut vivre sans lui. C'est un peu notre colonne vertébrale. Veillons simplement à ce qu'il ne prenne pas trop de place car plus le moi sera fort et plus nous serons séparés du monde.

Son principal défaut est de toujours interpréter ce qui se présente à lui: événements ou personnes. Il comporte alors un grand risque de créer un monde illusoire où nos émotions prendront toujours le pas  sur une certaine objectivité. Un moi fort a du mal à accepter les différences, à composer avec les aléas de la vie.

Un peu dommage tout ça....... car la vie pourrait prendre une autre dimension si ce principe de séparation était remplacé par un autre principe: celui de la connexion, connexion aux autres, aux différences, aux mondes( oui...car il y a plusieurs mondes). Encore faut-il que le moi s'efface un peu !!

Daniel

"Nous sommes libérés par ce que nous acceptons mais nous sommes prisonniers de ce que nous refusons"

Swami Prajnanpad