femme

 

A table, lundi dernier, Nayla nous a raconté qu'elle partait en Tunisie voir sa mère et qu'elle allait être à nouveau confrontée aux poids des traditions. Depuis que le parti Ennahdha, parti islamo conservateur a été légalisé en 2011, nous dit-elle, le sort de la femme tunisienne ne s'est guère amélioré. " Moi j'ai un truc pour ne pas être importunée", explique Nayla." Lorsque je descendrais de l'avion, j'aurais un look de star. Très maquillée, de grandes lunettes sur les yeux, des talons aiguilles et une robe sexy. Cela impressionne et intimide les hommes. je l'ai déjà fait. Pas question de porter un voile quelconque. En fait cela vaut pour Tunis , la capitale. Il est préférable d'éviter cette tenue si on veut aller à la campagne. Je ne suis pas une kamikase !!"

 

Lu dans le Point, toujours Lundi. En Iran, en raison des contraintes sévères imposées lors des mariages( les parents choisissent souvent les futurs conjoints, problèmes de dote...), le concubinage se développe de façon clandestine. Une jeune femme, ayant fait ses études à l'étranger, expliquait qu'elle préférait  mille fois cette solution à un mariage forcé. Elle se sentait ainsi libre de rompre à tout moment. Son père connaissait sa situation mais ne voulait absolument pas en entendre parler.

 

Le soir même, vue à la télévision une enquête sur la situation des femmes  de footballeurs de haut niveau. La femme d'un footballeur professionnel lyonnais expliquait qu'il était difficile de trouver du travail en raison des transferts fréquents des époux. La tentation était grande, compte tenu des sommes d'argent perçues, de mener une vie oisive. Elle affirmait que, en ce qui la concerne, les décisions de transfert, étaient prises d'un commun accord avec son mari et qu'il était hors de question de ne pas travailler" J'ai fait des études supérieures et je veux valoriser mes diplômes !Et puis de toute façon je n'aime pas cuisiner !!? C'est mon mari qui s'en occupe. Il adore et a du temps de libre après les entrainements".

Je suis allé me coucher, j'ai éteint la lumière et j'ai pensé" Vive les femmes !"

 Daniel