fractal

 

 

En vieillissant j’aimerai bien envoyer mon mental aux calendes grecques !! Cette petite boîte, bien ficelée dans ma tête, commence à me peser. Elle est trop pleine car la vie s’est bien chargée de la remplir. D’abord mes parents qui m’ont éduqué avec leurs idées, puis l’école et la société avec leurs règles et leurs codes de conduite.

Alors à force elle s’est remplie de tout un tas de stéréotypes, d’idées reçues, de convictions, de principes, de reflexes immuables tous plus encombrants les uns que les autres qui me serrent, me sclérosent Et ne parlons pas de mes attentes irréalisables et de mes désirs obsessionnels !! Un grand coup de pied dans cette boîte et hop !! Mais ce serait trop facile. Chasser le naturel et il revient au galop.

Pourtant rêvons un peu. La petite boîte a disparu, envolée dans le ciel. Je me sens libre, sans à priori. Je peux appréhender totalement le monde qui m’entoure sans passer par le filtre obligatoire et déformant de mon mental. J’ai quitté mon bunker pour m’ouvrir sur l’extérieur. Un œil à gauche, un œil à droite, je sors prudemment de ma boîte et je m’aperçois que je peux jeter un autre regard sur la vie.

Je plonge avec délice dans l’inconnu sans faire référence à de quelconques valeurs ou à mes repères. Il n’y a plus de barrière entre moi et les autres. Je suis léger, un grand poids m’a quitté. Léger comme une plume qui vole au grès du vent.

Utopie, direz-vous. Oui, bien sûr mais ça me fait du bien de penser ainsi pendant quelques instants. Et puis j’ai toujours l’espoir de décrisper mes croyances, mes jugements de grandir au lieu de rétrécir, de respirer au lieu de trop penser !

Daniel