PAYSAGE

On oubliera la vie passée

A s’aimer, se déchirer.

On oubliera les morsures du temps

Qui froisse la peau

Et font grincer les dents.

On oubliera nos vieux oripeaux

Tout mités et tout froissés

Qui pèsent sur nos épaules.

Un p’tit coup de gnole

Avant le dernier soleil.

Sur la route des jours qui déclinent

On partira vers le bonheur

Là où éclate le bleu du ciel.

Là-bas derrière la colline

Loin des pendules et des heures.

On a appris la vraie vie

Celle qui use le temps

Et efface nos envies.

On s’assoira sur le vieux banc,

Spectateurs invisibles

De ce vaste monde

Qui poursuit sa ronde.

On est déjà un peu sur l’autre rive

Dans ces instants paisibles

Ou s’en vont les journées tardives.

Daniel